Page d'accueil // FDEF // Actualités // Pour une recherche globale en FinTech

Pour une recherche globale en FinTech

twitter linkedin facebook google+ email this page
Publié le mercredi, 23 août 2017

Trois professeurs en droit de l’Université du Luxembourg, de l’Université de Hong Kong (Chine) et de l’UNSW de Sydney (Australie) se sont associés pour faire avancer la recherche sur le droit et la réglementation de la technologie financière (FinTech).

Le professeur Dirk Zetzsche (titulaire de la ADA Chair in Financial Law (Inclusive Finance) - Université du Luxembourg), le professeur Douglas Arner (professeur en droit de Kerry Holdings – Université de Hong Kong) et le professeur Ross Buckley (titulaire de la chaire King & Wood Mallesons en droit financier international – UNSW Sydney) travaillent dans trois centres de la finance internationale sur trois continents.

Une association dans le cadre de la FinTech

Depuis le début de l’année, les trois experts en FinTech et en RegTech (technologie réglementaire), en collaboration avec Janos Barberis, cofondateur du SuperCharger FinTech Accelerator (un incubateur de start-ups compétitif), ont produit quatre d'articles spécialisés, dont deux relatif à l’impact du « Big Data » sur le système financier et les défis de la réglementation des FinTech (l'article « FinTech and RegTech: Enabling Innovation while Preserving Financial Stability », à paraître prochainement dans le Georgetown Journal of International Affairs). En outre ils ont élaboré une théorie de réglementation intelligente qui examine plusieurs outils réglementaires et leur rôle dans le développement à l’innovation et une analyse des risques de responsabilité et de leurs incidences sur l’utilisation de la blockchain.

Conscient de la réactivité nécessaire face aux innovations et aux ruptures technologiques, le professeur Zetzsche a commenté : « Réglementer intelligemment l’innovation financière requiert la participation de tous les acteurs, y compris le secteur financier, les start-ups, les organismes de réglementation et les chercheurs, afin de comprendre la technologie et le droit. Seule la recherche globale permettra de saisir la vitesse et l’intensité de ces évolutions. »

Le professeur Arner ajoute : « La technologie financière, à travers le 'Big Data', l’intelligence artificielle, la technologie de réglementation, le financement participatif, les contrats intelligents, etc., transforme les bases de notre système de réglementation. Seuls les centres financiers qui adaptent leur environnement réglementaire pourront assurer leur pertinence. »

« Le potentiel des FinTech est considérable », a laissé entendre le professeur Buckley. « Les FinTech peuvent remédier aux questions des transactions, de la conformité et des coûts de gestion des risques. Mais ces avantages ne sont pas sans contrepartie et si l’erreur humaine appartient au passé, les risques liés à la technologie de l’information sont bien présents. Une approche intelligente et analytique est indispensable et, sur ce point, la recherche universitaire peut faire une grande différence. »

Les trois professeurs en conférence à Luxembourg cet automne

Ensemble, les travaux des trois professeurs comptabilisent plus de 30 000 téléchargements sur le Social Science Research Network (SSRN) ainsi que plus de 30 articles de revues spécialisées et chapitres de livres au cours de l’année passée. Leur coopération autour d’une recherche globale sur les FinTech et les RegTech est subventionnée par trois organismes :

  1. le Fonds National de la Recherche, Luxembourg (FNR) ;
  2. le Hong Kong Research Grants Council Theme-based Research Scheme ;
  3. et le Conseil australien de la recherche.

Les professeurs Zetzsche, Arner et Buckley, ainsi que d’autres chercheurs renommés et des organismes de réglementation en FinTech, présenteront leur travail à la troisième conférence annuelle FinTech - Law and Regulation organisée par l’Unité de recherche en droit de l’Université du Luxembourg le 9 octobre 2017.

Photo : Dirk Zetzsche, © Michel Brumat / Université du Luxembourg